Panier

3 ministres au service des Régions

Au 1er juillet, deux nouveaux présidents de conseil régional entrent en fonction ainsi qu'un nouvel inspecteur ecclésiastique.

De gauche à droite : Laza Nomenjanahary, Anne-Marie Feillens et Jean-Luc Cremer. Crédits photo : Service Com – EPUdF 

Jean-Luc Cremer (Région Ouest)

Jean-Luc Cremer, pasteur de l’Eglise protestante unie de Rochefort-sur-Mer, devient le nouveau président du Conseil régional de la région Ouest 

Né dans une famille protestante, baptisé, confirmé, Jean-Luc Cremer a suivi l’école biblique, le catéchisme, les camps, les éclaireurs. De 20 à 35 ans, il a été pêle-mêle, animateur socioculturel, agent commercial en agence de voyages, directeur d’une école de langue française pour missionnaires, animateur dans un centre chrétien en Alsace.

Grâce au soutien de son épouse Claire, avec qui il a eu trois enfants, il a suivi des études à la faculté de théologie de Montpellier. Jean-Luc Cremer a commencé son ministère pastoral à Die dans la Drôme, et l’a poursuivi en qualité d’animateur jeunesse, poste à dimension régionale en Centre-Alpes-Rhône. Depuis quatre ans, il est membre du Conseil régional. A 58 ans, il se sent prêt à endosser de nouvelles responsabilités et à accompagner ses collègues au mieux dans la mission de diffusion de l’Evangile.

Son verset biblique préféré : « C’est dans le calme et la confiance que sera votre force. », Es 30. 15.

Anne-Marie Feillens (Région Sud-Ouest)

Cela fait onze ans qu’Anne-Marie Feillens est arrivée avec sa famille dans la région Sud-Ouest pour occuper le poste pastoral d’Orthez. Auparavant elle a exercé quatorze ans dans une paroisse de la région Est, à Besançon. « C’était mon premier poste. J’y ai fait mon proposanat après mes 5 années d’études de théologie (3 ans à l’IPT – Paris pour la licence, puis 2 ans à l’IPT – Montpellier pour la maîtrise). »

Anne-Marie Feillens est mariée et mère de trois filles, jeunes adultes, dont deux sont encore étudiantes. En tant que pasteure, elle apprécie tout particulièrement les visites et les cultes : « Ce sont les deux rendez-vous réguliers que j’aime plus particulièrement dans ce ministère pastoral que j’exerce depuis 25 ans. »

Membre de l’ACAT (l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture), son engagement lui permet d’approfondir sa réflexion théologique et spirituelle sur les questions de liberté, des rapports de force, de dignité, … avec des situations concrètes qui dépassent largement nos cadres de vie confortables et relativement tranquilles. « Je crois que nous avons, en tant que croyants, en tant qu’Église, à partager notre espérance paisible dans la vie toujours renouvelée que le Dieu de Jésus-Christ nous promet au matin de Pâques. Je suis également convaincue que nous sommes envoyés par le Christ ressuscité à vivre cette espérance dans un engagement combatif centré sur l’attention aux plus fragiles, dans le respect de tout le vivant. » 

Anne-Marie Feillens devient la première présidente du Conseil régional de la région Sud-Ouest.

Laza Nomenjanahary (Inspection luthérienne de Paris)

Le pasteur Laza Nomenjanahary a été élu inspecteur ecclésiastique lors du Synode régional luthérien de novembre 2019.

Après des études de théologie, d’abord à Aix-en-Provence, ensuite à l’IPT de Paris, il a été ordonné pasteur de l’Eglise Evangélique Luthérienne de France en 2003.  Il fut, jusqu’en 2012, en charge des paroisses « La Résurrection » (Paris 15ème) et Saint-Luc de Vanves ainsi que l’aumônier à l’Hôpital Sainte-Anne à Paris. Actuellement, il est le pasteur de la paroisse Trinité – Saint-Marcel (Paris 5ème et 13ème)

Né à Madagascar, marié et père de deux enfants, il a fait sienne l’affirmation que Luther a écrite dans son « Traité de la liberté chrétienne » : « Le chrétien est l’homme le plus libre, maître de toutes choses. Il n’est assujetti à personne. L’homme chrétien est en toute chose le plus serviable des serviteurs. Il est assujetti à tous. »

Au sujet de sa récente nomination d’inspecteur ecclésiastique, il évoque ainsi son nouveau ministère : « Une mission essentielle de l’inspecteur, « le pasteur des pasteurs » comme aimaient à se qualifier mes prédécesseurs, c’est être à l’écoute de mes collègues et les fédérer pour le service commun. Mais précisément le service est aussi envers les paroisses, les accompagner et les encourager. Pour moi, le ministère d’unité s’exercera dans l’esprit de conciliation. Un esprit d’harmonie à rechercher pour une église réconciliée, fraternelle et solidaire. » Son culte d’installation aura lieu le 20 septembre prochain à 16h à l’église de la Rédemption, 16 rue Chauchat (Paris 9è).