Panier

Les fruits de la Mission

L’Assemblée générale du Défap a été l’occasion de montrer que le Défap porte du fruit, entre cuisine interne et valorisation des récoltes.

La matinée, consacrée au fonctionnement et à la gestion du Défap, avec les incontournables rapports d’activité et décisions financières, a reflété comment le Défap a traversé les restrictions budgétaires de ces dernières années. Des changements au sein de l’équipe du Défap lui ont permis de s’adapter : l’évolution des attributions des uns et des autres et le non-remplacement des départs ont permis de compenser en partie la diminution des recettes financières, sans que les missions effectuées par le Défap n’en pâtissent trop. Il y a désormais moins de projets soutenus dans les Eglises-sœurs, mais la formation théologique reste une priorité, avec de nombreux boursiers bénéficiant d’une aide du Défap.

« Les fruits de la mission » : l’après-midi de l’AG était consacrée à une Table-ronde, destinée à honorer le passé et le présent du Défap, en valorisant les différents fruits que la Mission avait porté, et notamment à travers la SMEP puis le Défap. Éline Ouvry (ancienne envoyée en Égypte) et Mahieu Ramanitra (ancien envoyé à Madagascar) ont témoigné de leur expérience récente, affirmant qu’elle représentait une vraie « salade de fruits », tant les domaines dans lesquels ils avaient vu une évolution dans leur vie étaient variés ; Vincent Nême-Peyron, président de la Commission des ministères de l’EPUdF, qui a participé à un stage CPLR au Bénin, a également témoigné de l’intérêt de ces expériences interculturelles ; Jean-Luc Blanc invitait à la création d’une théologie et d’une pratique vraiment interculturelle en France, et Gilles Vidal finissait par nous rappeler que la « La mission vécue dans la rencontre devient de l’ordre de la grâce » lorsque qu’elle arrive à sortir des logiques de réciprocité « pour tendre vers la gratuité manifestée en Jésus-Christ ».

L’Eglise protestante unie – probablement en collaboration avec l’Union des Eglises protestantes d’Alsace-Lorraine et l’Union des Eglises protestantes réformées évangéliques de France (autres Eglises fondatrices du Défap) – devrait maintenant se saisir de la question plus globale de « Quelle Mission pour l’Eglise ? », préliminaire indispensable pour clarifier sa vision de la mission (qu’elle soit ici ou au loin) et qui permettra à terme de clarifier également ses attentes vis-à-vis du Défap.

Pour en savoir plus sur l’AG :